Les nouvelles solutions pour une mobilité plus solidaire, coopérative, durable prônent presque systématiquement l’action en « territoire ruraux », mais qu’en est-il ?

La mutation galopante du rural

Si l’exode rural s’est traduit dans la deuxième moitié du XXème siècle par l’abandon des métiers de la terre pour des emplois du secteur tertiaire des grandes villes, la reconquête des campagnes de ces dernières décennies se définirait par la diversification de leur usage et de leur fonction. On assiste aujourd’hui, et depuis quelques temps déjà, à une mutation globale des espaces ruraux.

Le système automobile permet cela ! En effet, la motorisation des actifs et l’aménagement des nouvelles infrastructures routières ont permis l’accroissement significatif des distances entre le domicile et le lieu de travail, démultipliant ainsi le rayon d’attraction des bassins d’emploi jusqu’aux territoires les plus reculés.

 

Seulement 5 à 15% de territoires ruraux en France

Selon la définition de l’INSEE, « une commune rurale est une commune n’appartement pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines. »

A cela s’ajoute les Zones d’Aire Urbaine (ZAU), zones d’influence de ces unités urbaines, également définies par l’INSEE et mises à jour en 2010 et 2011. Les aires urbaines polarisent ainsi des communes n’appartenant pas aux unités urbaines et diversifient leur secteur de revenus, initialement issu du primaire, leur conférant une dynamique urbaine; une fonction périurbaine.

Ce qui régie l’emprise géographique des Zones d’Aire Urbaine, c’est le rayonnement de leur(s)bassin(s) d’emploi. On dénombre ainsi en France une minorité de communes isolées, dont les revenus sont majoritairement issus de l’activité agricole et ne dépendant pas de l’influence des bassins d’emploi. 

Bien que théorique et souvent contestée dans la pratique, l’appréciation de ces zones n’est pas optionnelle dans le cas des déplacements quotidiens.
En effet, les zones d’influence des bassins d’emploi signifient la présence systématique de migrations pendulaires. 
De plus, l’attractivité et la taille des bassins d’emploi nous donnent une indication primordiale sur la distance et l’intensité du navettage domicile-travail .

Ce qu’il faut donc retenir des territoires ruraux :

  • N’intègrent pas les zones d’influences et vivent d’une activité majoritairement agricole 
  • Les déplacements domicile-travail intercommunaux y sont quasi-nuls

La solution d’accueil des voyageurs simplifiant le fonctionnement et la compréhension de votre réseau.

La solution d’accueil des voyageurs simplifiant le fonctionnement et la compréhension de votre réseau.

Le déplacement domicile-travail, une cible périurbaine caractéristique à privilégier

Il faut dans un premier temps concentrer le montage de plans de mobilité sur les vastes couronnes périurbaines pour répondre aux ambitions climatiques du pays. En effet, les flux pendulaires induits par les déplacements domicile-travail y sont extrêmement importants et des taux record d’autosolisme sur les routes y sont constatés .

D’autre part, le domicile-travail est le segment des déplacements quotidiens le plus appréhendable des territoires. Déjà, parce que ses déplacements se concentrent sur les heures de pointe journalières allé et retour puis, l’organisation spatiale du territoire nous donne ses principaux lieux de départ et de destination.

Bien que le domicile-travail représente une part minoritaire de l’ensemble des déplacements quotidiens, l’engagement de voyageurs se rendant au travail est une étape clef dans l’élaboration d’une communauté de covoitureurs. Effectivement, le succès de la périnnisation du covoiturage dans un plan de mobilité vient de l’atteinte du seuil critique du nombre d’utilisateurs adhérents.

En cela, grâce à notre maîtrise du territoire et à travers notre prestation Recrutement voyageurs, nous mettons tout en oeuvre  pour convaincre les travailleurs de diversifier leurs modes de transport, notamment par le covoiturage. Nous connaissons les contraintes de ce profil de voyageur et mesurons la difficulté de se séparer du niveau de service procuré par la voiture solo pour se rendre au travail. C’est pour cela que, à travers nos différentes interventions en entreprise / espace public et grâce à nos outils d’information et de communication, nous priorisons l’accompagnement au changement de comportement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *